4 choses que j’ai apprise en travaillant dans une marketplace avec des vendeurs étrangers

1. Identifier le pays d’origine du vendeurs

La façon de s’adresser à votre interlocuteur sera très différente, selon qu’il vienne de Chine, d’Allemagne ou de France.

En effet, selon le degrée de compréhension du la langue, offrir le même discours peut mener à des quiproquos, des retours négatifs et des clients mécontents et qui se sentent incompris. A la fin, le vendeur perd son temps et vous aussi.

2. Chaque mot compte

Une fois identifiée, vous devez évaluer le niveau de langue de vos interlocuteurs. Si certains des vendeurs chinois étaient parfaitement bilingue (anglais ou français), beaucoup ne l’était pas, et utilisaient un traducteur automatique.

Dans ce cas, il est préférable d’utiliser des phrases courtes, directes avec des mots simples. En effet, on ne sait jamais ce qu’un traducteur peut donner de l’autre côté de l’écran.

Par exemple, lorsque nous parlions de modération en leur faveur auprès des vendeurs chinois, nous obtenions tout de même de mauvais retour. Après avoir pu discuter avec l’un d’entre eux, il s’est avéré que ce mot ne se traduisait pas correctement et ne voulait rien dire. Nous l’avons donc remplacé par un mot plus simple (annulé). Résultat, les vendeurs étaient contents et nous avons obtenus beaucoup moins de mauvais retour.

3. Une image vaut mille mots

Le chinois est une langue graphique. Plutôt que de traduire une page web entière en chinois, utiliser des icones, ou des images dans les pages d’aides aident à se faire comprendre. Cela vaut aussi pour les utilisateurs moins à l’aise avec l’informatique. Il vaut mieux montrer en image exactement ce qu’il faut faire plutôt qu’un texte explicatif.

4. Adapter ses moyens de communication

Nous offrions, dans la mesure du possible trois outils de communication à nos vendeurs. Les mails, bien évidemment, mais aussi le chat, très apprécié par les vendeurs chinois et les appels téléphoniques, plutôt privilégié par nos vendeurs français. Ainsi, nos vendeurs avaient toujours un moyen de nous contacter, comme cela leur convient.